Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nature En Images

Blog photo nature de Picardie et d'Ailleurs: macro, flore, insectes, faune, Ornithologie, paysages, articles et technique photo. Blog élaboré par Miguel Cunha, photographe animalier amateur dans l'Oise.

Articles avec #technique catégorie

La photo macro

Publié le 2 Avril 2010 par Miguel dans Technique

La Macro, comment ça marche ?

Ou comment entrer dans l’infiniment petit

 

Avec les beaux jours qui arrivent, je vous propose de découvrir un univers parallèle et méconnu, et pourtant présent sous vos yeux, le monde des insectes.

Pour ce faire nous allons aborder une discipline appelée Macrophotographie qui permet de faire des gros plans d’insectes, de fleurs ou de petits animaux afin de les voir à leur échelle et de mieux les connaître. Nombre de mes collègues qui fréquentent pourtant les mêmes lieux que moi sont surpris de ne pas voir les mêmes choses! Il suffit pourtant de les révéler.

Ce qui vient tout de suite à l’esprit c’est : mais comment fait-on ?

Je n’irai pas par quatre chemins, le meilleur matériel pour pratiquer la Macro ou Proxi-photo, est le boîtier Réflex qui permet une visée facile et aussi une précision de mise au point que ne permettent pas les compacts.


Objectif Macro :

De plus on peut lui adjoindre un objectif dédié Macro qui vous permettra une approche du sujet et un fort grossissement de l’ordre de 1 :1 (1mm réel = 1mm sur le capteur numérique) avec une qualité optimum mais cela peut-être plus.

Pour ma part j’utilise le 90mm 2.8 Macro de chez Tamron mais sachez que toutes les marques ont 1 ou 2 modèles dans leur gamme d’objectifs, après tout dépend de son budget, sachant que les focales de 100mm sont un bon compromis (distance d’environ 30cm pour un rapport 1 :1) pour un prix inférieur à 400€.

Il vaut mieux débrayer l’autofocus qui risque de patiner sur les petits sujets, régler la distance manuellement et s’approcher du sujet jusqu’à l’obtention de la  netteté (privilégier l’œil pour un insecte).


tamron-90
Bonnettes ou Close-up :

Si l’on ne peut pas investir dans ce type d’objectif, on peut acheter des Bonnettes (système économique) qui viendront se visser à l’avant de votre objectif (privilégier une focale fixe lumineuse, un 50mm ou un 85mm par exemple, plutôt qu’un zoom). Ce sont en fait des loupes cotées en dioptries (+1, +2, +3, selon le facteur de grossissement) qui vont vous permettre de vous approcher du sujet. Le point faible de ce système (que j’ai souvent utilisé) est une perte de netteté et la possible apparition d’aberrations chromatiques en périphérie. De même il faut éviter de les empiler car on amplifiera ce phénomène.


close-up

Bagues allonges :

Un autre système, avec un objectif classique, est de placer entre celui-ci et le boitier des bagues allonges qui vont augmenter le tirage (elles sont vendues en 3 épaisseurs que l’on peu juxtaposer), ce qui permet de se rapprocher du sujet, mais là aussi on aura une perte de luminosité conséquente, d’où l’intérêt de ne pas les jumeler avec un zoom car vous serez déçu du résultat (c’est l’expérience qui parle!). C’est une solution économique car il n’y a pas d’optique, ce ne sont que de simples tubes. Par contre il faut préférer les modèles à contacts pour préserver les automatismes du boîtier.

bague-allonge



Convertisseurs :

 

Appelé communément doubleur de focale (pour le TCx2), le convertisseur multiplie la focale par 1.4 pour un TCx1.4, par 2 pour un TCx2, ce qui sur un objectif Macro permet en conservant la même distance mini de mise au point d’obtenir un grossissement plus important, exemple :

Sur mon 90mm Macro je monte le TCx1.4 qui me donne une focale de 126mm, ce qui m’évite de trop m’approcher du sujet, c’est important si celui-ci est farouche. Cela me permet de garder mon rapport 1 :1 en restant à distance. L’inconvénient est une perte de luminosité qu’il faut palier en montant les ISO : rien n’est parfait !


kenko145fl 



Bague d’inversion :

Là on a une solution vraiment économique avec une bague d’inversion montée sur le boîtier et l’objectif vissé par sa partie frontale dessus (exemple 52mm pour un 50mm) mais on passe en tout manuel, plus d’automatisme et fort grossissement.


inversion 



Eclairage :

Pour l’éclairage je préfère la lumière naturelle en évitant le plein midi car la lumière est trop forte.

Vous pouvez utiliser le flash pour déboucher les ombres en veillant à sous-exposer et à mettre un diffuseur pour atténuer ou utiliser un flash annulaire spécial macro (cher).

 

Viseur d’angle :

Peut être utile lorsqu’on procède au ras du sol pour le confort de la visée.

 

Pied ou Monopode :

Eviter le pied ou le monopode pour garder votre liberté de mouvement, sauf si vous en avez besoin pour vous stabiliser.

 

Astuces :

Attention lorsque vous faites de la Macro à porter des vêtements discrets : exit les couleurs fluo, il faut se fondre dans le paysage comme en photo animalière.

La règle dictée dans Image et Nature : FOMBEC

Forme, Ombre, Mouvement, Bruit, Eclat, Couleur

Les 7 péchés capitaux du Macro-débutant selon Image et Nature :

Le sujet est trop centré, le sujet est trop petit dans le cadre, l’utilisation trop systématique du flash, le manque de netteté, la tremblote qui génère du flou, l’exubérance vestimentaire qui fait fuir les insectes.

Pour conclure ce vaste sujet je ne saurais trop vous conseiller les N° d’Image et Nature « Spécial Macro » dans lesquels vous pourrez approfondir vos connaissances, et puis après une seule école, le terrain !

 

 

 

commentaires